Communications > Par auteur > Nande Florence

L'utilisation des technologies nomades, vectrice de bien-être au travail ? Une approche par la méthode QCA.
Pierre Loup  1@  , Marie-Laure Weber  2@  , Florence Nande  1@  
1 : Montpellier Recherche en Management
Université de Montpellier
2 : Montpellier Recherche en Management  (MRM)  -  Site web
Université de Montpellier
MRM - CC 19001 - Place Eugène Bataillon - 34095 Montpellier -  France

Les technologies numériques prennent un caractère ambivalent. Selon la manière dont elles sont perçues par les individus, elles sont porteuses de bien être pour les uns et/ou génératrices de stress pour les autres. Dans le cadre de la transformation numérique du travail, bien être au travail et technostress sont des défis majeurs à relever pour les organisations. Cette recherche tente ainsi de réfléchir plus en profondeur sur l'influence des technologies nomades sur le bien être au travail (BET) et le technostress. L'objectif est de mettre en exergue au travers de la Méthode de l'Analyse Comparée (QCA) et de l'analyse de discours, les combinaisons de conditions qui génèrent du BET et du technostress dans le cadre de l'utilisation de technologies nomades au travail. Ainsi, en mobilisant les apports théoriques de l'analyse de l'activité et de l'ergonomie constructive, il n'est pas question de proposer une tendance de variables d'influence mais bien une relation causale d'une combinaison de ces variables, régulées par les individus et engagées dans la construction d'environnements capacitants. Par ailleurs, l'approche salutogénique de cette communication propose d'ouvrir les discussions sur l'idée qu'à l'instar du technostress, les technologies numériques pourraient s'envisager comme vectrices de techno-BET et revenir à un fondamental : leur vocation à aider les individus dans leur tâche.


Personnes connectées : 1