Communications > Par auteur > Attour Amel

Bricoler une stratégie d'affaires numérique via les smart contrats. Le cas du véhicule connecté de Renault
Lise Arena  1@  , Amel Attour  1@  , Marta Ballatore  1@  
1 : Université Côte d'Azur, CNRS, GREDEG
Université Côte d'Azur, CNRS-GREDEG, Université Côte d’Azur, CNRS, GREDEG

Ce projet de communication propose de mieux comprendre le rôle d'un smart contractdans l'émergence d'un écosystème plateforme. Sur la base d'une étude exploratoire de la conception d'un passeport numérique d'un véhicule chez Renault, deux questions structurent la réflexion : comment concevoir une stratégie de leadership au sein d'un écosystème en mouvement ? quel est le rôle des smart contractset de la blockchaincomme « objets techniques » dans la construction de cette stratégie b to b ? La réflexion repose sur une étude exploratoire de terrains construite notamment sur des entretiens avec des acteurs de Renault Software Lab, des observations participantes dans le cadre d'un consortium incluant différentes parties prenantes – industriels et laboratoires de recherche en informatique et en microélectronique, et un état de l'art de la littérature grise. 

A travers une compréhension des enjeux d'usages de ce passeport numérique, les premiers résultats de cette contribution permettent de caractériser la stratégie de leadership de Renault en la rapprochant du concept de bricolage fondé sur une série de pratiques locales d'ajustement plutôt que sur une stratégie explicite et planifiée. La redéfinition de l'écosystème de Renault repose largement sur l'existence d'objets techniques – ici les smart contractsconsidérés comme une application de la blockchain – qui structurent cet écosystème naissant. En particulier, l'appropriation de ces objets techniques par les différentes parties prenantes de l'écosystème dépendra largement du degré de confiance perçu, conditionnant ainsi leur centralité au sein de cet écosystème. 


Personnes connectées : 2