Thématiques > Innovations et disruptions

Session thématique "Innovations et disruptions"

Derrière la transformation numérique, il y a une profusion de trajectoires, de process, d'opportunités, d'outils, de leviers mais également des défis et des craintes. La diffusion des technologies numériques, c'est avant tout des questions d'usages mobiles, des médias sociaux, des plateformes numériques, des données disponibles en grande quantité, de l'intelligence artificielle, la blockchain, des systèmes de stockage distribués et collaboratifs, la fabrication numérique, la cobotique, des systèmes prédictifs, etc. Cette diffusion est pervasive et vient transformer de très nombreux secteurs (FinTech, HealthTech, CivicTech, EdTech, AgriTech, etc.) pour ne pas dire la société dans son ensemble. Les organisations sont rentrées, volontairement ou involontairement, dans un rythme d'innovation continue, ouverte et collective (Suire et al, 2018 ; Yoo et al, 2010).

Ce track propose d'interroger la fabrique de l'innovation numérique, ses enjeux et ses défis en termes de management, sous l'angle des promesses et des ruptures mais également sous l'angle des dystopies  - addiction, surveillance, dark web, forte incertitude, etc. (Malhotra et Van Alstyne, 2014). L’étude des conditions organisationnelles et des pratiques de management qui favoriseraient l’innovation disruptive (Christensen, 2016) versus des innovations plus incrémentales est également un axe fondamental. Les métiers sont interrogés, les représentations, les conditions socio-techniques et organisationnelles sont mal connues, bien moins en tout cas que les inerties et les rigidités organisationnelles (Rowe et al, 2017).

Le numérique est aussi un outil support à l’innovation. Un second volet de ce track entend ainsi s’intéresser au rôle des outils numériques (plateforme de crowd-sourcing, maquette numérique, impression 3D, réalité augmentée, etc.) dans la mutation des processus d’innovation au sein de l’ensemble des secteurs d’activités (de l’automobile, à l’aéronautique, en passant par la chimie, bien sûr les technologies de l’information et de la communication, etc.). Comment ces outils transforment les activités de conception ainsi que les professionnalités et les compétences des ingénieurs de R&D, ou encore des acteurs du marketing amont ? Une dimension clé réside dans l’intensification et la diversification des formes d’implication des acteurs de l’écosystème (clients finaux, clients industriels, grand public, communautés d’usagers, etc.) dans les processus innovants des firmes grâce à certains de ces outils numériques. Il s’agit de caractériser comment ces outils transforment les processus d’innovation, mais aussi de considérer comment accompagner ces mutations qui bouleversent le travail, les compétences individuelles et collectives, jusqu’aux frontières de l’entreprise.

Nous espérons des contributions nombreuses, permettant d’engager des débats de qualité, notamment sur les questions suivantes (sans que celles-ci ne soient exclusives bien sûr) :

-  Comment les activités d’innovation dans le domaine du numérique sont-elles gérées (pilotées, régulées, organisées, etc.) ? Et ce en considérant des contextes variés (grandes entreprises, PME, start-up, etc.) et des secteurs d’activité variés (logiciels, télécoms, jeux vidéo, etc.).

-  Quels contextes et quelles pratiques de management semblent être plus favorables aux innovations de rupture ?

-  Dans quelle mesure les principes de pilotage, les modes d’organisation ou les fonctionnements des collectifs de travail impliqués dans la « fabrique de l’innovation numérique » diffèrent-ils par rapport aux processus d’innovation visant le développement d’innovations d’autres natures et dans d’autres secteurs ? Existe-t-il une spécificité au management des innovations numériques ?

- Les outils numériques d’aide à la conception sont-ils des supports aux innovations disruptives ?

-  Comment les outils numériques d’aide à la conception modifient-ils le travail des ingénieurs de R&D, dans ses dimensions cognitives, relationnelles, etc. ?

-  Comment les organisations accompagnent-elles ces évolutions de la professionnalité des ingénieurs de R&D dont les pratiques s’appuient de plus en plus sur des outils numériques circonstanciés (du type impression 3D) ou systémiques (du type plateforme PLM) ?

-  Comment les nouveaux business models se formalisent-ils et co-existent-ils avec les activités historiques des organisations ?

- Comment les technologies de rupture, comme l'Intelligence artificielle, transforment-elles les métiers, le management et les frontières de l'organisation ?

 

Responsables :

Lise GASTALDI, FEG AMU lise.gastaldi@univ-amu.fr

Raphaël SUIRE, IAE Nantes raphael.suire@univ-nantes.fr

 

Soumission de communication :

Pour déposer et gérer votre communication, merci de vous identifier sur le site ("Connexion") et ensuite accéder aux pages "Dépôts" dans votre espace connecté.

--

Références

Ahuja M. K., Galletta D. F. & Carley K. M. (2003), “Individual centrality and performance in virtual R&D groups: An empirical study”, Management science49(1), p. 21-38.

Christensen C. (2016), The Innovator dilemma: When New Technologies Cause Great Firms to Fail, Harvard Business Review Press.

Kallinikos J., Aaltonen A. & Marton A. (2013), “The Ambivalent Ontology of Digital Artifacts”, MIS Quarterly, 37:2, p. 357-370.

Majchrzak A. & Malhotra A. (2013), “Towards an information systems perspective and research agenda on crowdsourcing for innovation”, The Journal of Strategic Information Systems22(4), p. 257-268.

Malhotra A. & Van Alstyne M. (2014), “The dark side of the sharing economy… and how to lighten it”, Communications of the ACM, 57(11), p. 24-27.

Rowe F., Besson P. & Hemon A. (2017), "Socio-technical inertia, dynamic capabilities and environmental uncertainty: Senior management views and implications for organizational transformation”, Proceedings of the 25th European Conference on Information Systems (ECIS), Guimarães, Portugal.

Suire R., Berthinier-Poncet A.B & Fabbri J. (2018), « Les stratégies de l'innovation collective », Revue Française de Gestion, 272, p. 78-84.

Yoo Y., Henfridsson O. & Lyytinen K. (2010), “The New Organizing Logic of Digital Innovation: An Agenda for Information Systems Research”, Information Systems Research, 21:4, p. 724-735.

Personnes connectées : 1